lundi 27 mai 2013

Gatsby. Great or not?

On ne peut pas échapper à Gatsby, le film je veux dire, si l'on aime un tant soit peu la littérature ... si l'on aime un tant soit peu les livres de Francis Scott Fitzgerald ... Parmi ceux-ci, je préfère "Tendre est la nuit". Peut-être parce que je connais sa vie, sa faille immense, la folie de sa femme Zelda ... Il y a quelque chose de terriblement romanesque dans les livres de Fitzgerald. Un espoir toujours présent, et sans cesse déçu.




Je ne voyais pas le film ainsi, je n'avais pas vu la bande annonce, histoire d'avoir la surprise, la distribution était prometteuse. Je ne voyais pas le film comme ça, j'imaginais quelque chose de plus doux, aérien, de plus fitzgéraldien. Comment rendre la grâce de l'écriture ? Peut-être en prenant un parti-pris à contre-pied, exagéré comme ces années folles dont un siècle bientôt nous sépare ... ?

Un cinéaste n'en serait pas un s'il se contentait de plaquer des images sur chaque page d'un livre.
Un écrivain n'en serait pas un s'il se contentait d'écrire le monde comme il est, et non comme il le voit.
C'est là toute la différence.

Jusqu'où je peux aller

Publication de la nouvelle "Jusqu'où je peux aller", un texte où je parle d'escalade (moi qui aie le vertige ;) ) et de...