samedi 8 février 2014

Ecrire, c'est quoi ?

L'autre soir, je partageais avec d'autres centaines de milliers de téléspectateurs l'émission "The voice". Et bien oui, je l'avoue. Et sans honte. Un échange entre Garou et Mika m'a intéressée. Ce dernier disait après le passage d'un concurrent malheureux :
            "C'est la différence entre un artiste et un chanteur",
le second renchérissait.
Toute la différence est là. Bien chanter ou à chaque passage sur scène montrer ses tripes et donner la chair de poule ?

Même chose en écriture. Bien écrire ou se mettre en danger et provoquer l'émotion ? Marguerite Duras disait cela je crois "Il y a ceux qui publient des livres, et les écrivains". Cela pourrait n'être qu'un jeu de mots, c'est la définition même de l'écriture littéraire. Ne pas se contenter d'aligner des phrases parfaites et froides. Ecrire n'est pas bien écrire. Ecrire une nouvelle n'est pas écrire une rédaction. Il faut sortir du cadre, à sa manière.

Créer une "œuvre d'art" n'est pas une activité banale. Aucun intérêt en soi a priori. (Le côté financier on l'écartera, il concerne peu d'artistes). Reste l'envie de créer ou plutôt le besoin. Le manque est sans doute le meilleur carburant à l'écriture. Le manque de ce qui a été et n'est plus, le manque de ce qui sera, le manque de ce qui ne sera jamais.
Le manque n'est pas la tristesse, poison de l'artiste.

Jusqu'où je peux aller

Publication de la nouvelle "Jusqu'où je peux aller", un texte où je parle d'escalade (moi qui aie le vertige ;) ) et de...