mardi 6 janvier 2015

Silencieux, en parler juste un peu



Finalement pourquoi écrire encore une fois le livre publié ?

Puisque tout est dedans.
Ses émotions, ses peurs, ses petits bonheurs, sa vision du monde, ses maladresses, ses regrets, ses espérances, ses failles. Sans oublier les lieux que l'on aime, les personnes qui nous manquent.
Pas d'indice donné au lecteur, rien d'apparent.
Ce qui est visible, à la surface, n'est là que pour brouiller les pistes. 

Peut-être est-ce pour cela que l'on écrit ? Cacher des messages que l'on est seul à comprendre ...
Un jeu fou diront les raisonnables. 
Sans doute ils auront raison, écrire est tout sauf un plaisir léger. Ecrire vraiment j'entends.
Et par là je n'englobe pas l'ensemble des livres publiés. Je parle de ceux écrits avec ses tripes, avec son âme. 

"Lire et écrire sont activités insolites" écrit Albert Camus.

Un roman, s'il ne relève pas de l'autofiction, du moins dans l'acception moderne de l'autofiction, n'a rien à voir ou si peu avec sa propre vie.
Même si parfois des résonances étranges apparaissent après coup. Entre le roman et la vie. 

Hasard ou prémonition ? L'écrivain serait-il un voyant ? 

Pourquoi écrire encore une fois le livre publié ?
Puisque tout est dit, écrit, suggéré, murmuré.
Pourquoi parler du livre, cette évidence, mon évidence ?

Jusqu'où je peux aller

Publication de la nouvelle "Jusqu'où je peux aller", un texte où je parle d'escalade (moi qui aie le vertige ;) ) et de...