mardi 30 juin 2015

Voyages


Octobre - Juin 2015



Vallée de Chevreuse


Silencieuse ces derniers mois, je ne suis pas restée dans ma tanière.
J'ai ouvert les yeux, redécouvert le monde, la vie, les autres, sous un angle nouveau.
Films, livres, expos, voyages ont été de la partie.
Chaque jour je m'attelle à séparer le grain de l'ivraie, puis je laisse le tout reposer, avant d'écrire, peut-être, quelques pages, une histoire, un livre ...


Le cinéma prend une place de plus en plus importante dans mon imaginaire.
Toutes proportions gardées, je me sens à l'inverse d'un Truffaut inspiré en écriture par les films que je vois. 
Pas forcément par les histoires, mais  bien plutôt par les images, le rythme, la lumière et la bande son. Le plus important : l'émotion qui s'en dégage.

"Mommy" de Xavier Dolan, incroyable cinéaste de 25 ans, m'a secouée.


Résultat de recherche d'images pour "mommy"


"Fidelio, l'odyssée d'Alice", ce qui se passe en mer reste en mer, m'a touchée, je ne sais pas si un homme aurait pu réaliser ce film, libre, indécis, voluptueux. 





"Wild" aussi dépeint une femme libre, il est question de dépassement de soi pour enfin se connaître, se trouver.





"Still Alice", film émouvant sur la maladie d'Alzheimer, et tout autant  sur les relations mère-fille, où la magnifique Julianne Moore relève le défi amorcé avec "Hours". 





"Particles fever", docu-film scientifique, où des physiciens théoriciens vantent la beauté d'une équation ...




Les livres, le havre où je reviens toujours, où je me retrouve chaque fois.
Ces livres de papier qui envahissent ma maison, nourrissent mes pensées, accompagnent mes voyages, toujours besoin d'une bibliothèque à portée de main, telles les cigarettes du fumeur invétéré.


"Je suis très sensible" de la non moins sensible Isabelle Minière.



Lorsque Isabelle Minière sort un livre, roman, recueil de nouvelles, livre jeunesse, c'est toujours un événement pour moi. Isabelle a un style qui lui est propre pour faire entendre la petite voix de personnages ordinaires mais toujours sensibles. Son dernier roman ne faillit pas à la règle. 


"Et devant moi le monde" de Joyce Maynard
Joyce Maynard a dérangé en cassant le mythe 'Salinger'. Ce formidable écrivain s'avère être un salaud, vraisemblablement un manipulateur pervers même si l'expression est absente du livre, Joyce donne à voir, à entendre, elle ne juge pas, au lecteur d'être attentif, actif. Mais cette biographie est aussi le récit d'une longue émancipation d'une jeune femme brillante si peu sûre d'elle.


'Blade runner' ('Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?") de Philip K. Dick


Et toujours ce livre d'anticipation sombre revient sur ma table de nuit ...



'L'amour et les forêts' d'Eric Reinhardt.


On en a parlé, pas toujours de bonnes raisons, il faut simplement le lire. Pour le fond, pour la forme.




Pour quitter l'âme, j'ai voyagé. 2 heures d'avion en direction de l'Orient. 2 heures d'avion en direction du Sud.
Une semaine à Berlin
Escapade à Rome le temps d'un weekend.




BERLIN







ROMA










Jusqu'où je peux aller

Publication de la nouvelle "Jusqu'où je peux aller", un texte où je parle d'escalade (moi qui aie le vertige ;) ) et de...