jeudi 15 juin 2017

Lectures nippones



Yasunari KAWABATA, "Le lac", 1955
traduction Michel Bourgeot avec la collaboration de Jacques Serguine

Hiromi KAWAKAMI, "Manazuru", 2006
traduction Elisabeth Suetsugu

Daido MORIYAMA, "Mémoires d'un chien", 2016 (1972-2016)
traduction Tomoko Oono, 


Yasunari KAWABATA, prix Nobel de littérature 1968.

Résultat de recherche d'images pour "kawabata"

Lycéenne, j'ai découvert Kawabata-san avec son roman "Pays de neige".
Puis j'ai lu à peu près tous ses livres...

Je viens de relire "Le lac" après en avoir tout oublié. Lecture troublante. Ce roman est le récit d'un homme trentenaire, Gimpei, qui a pour habitude de suivre des jeunes femmes, fasciné par leur beauté inatteignable ...


Hiromi KAWAKAMI, prix Tanizaki 2001, prix des Deux magots 1999

Photo de KAWAKAMI Hiromi

C'est un étrange roman, d'une certaine manière, il fait écho au livre "Le lac" de Kawabata, à 50 ans de distance, ici le désir est montré du côté féminin.
Il y a Kei, la narratrice, dont le mari Rei a disparu dix ans plus tôt, la fille Momo, une adolescente en cours d'émancipation, la mère qui vit avec elles, l'amant ...
Il y a ces voyages dans la ville balnéaire de Manazuru.
Une certaine tristesse ou mélancolie se dégage de ce livre, roman de la perte, tôt ou tard, tout part, tout meurt. Et parfois, un esprit, ou une créature, on ne sait pas, vous aide à tourner la page.


Daido MORIYAMA, (森山大道), photographe, nombreux prix de photographie Japon, Allemagne

Résultat de recherche d'images pour "daido moriyama"

Daido esr connu pour ses photos en noir et blanc. Pourtant je l'ai découvert avec ses photos couleur à la Fondation Cartier, en 2016.
"Mémoires d'un chien" est une autobiographie sans fard de l'un des plus grands photographes japonais.

Jusqu'où je peux aller

Publication de la nouvelle "Jusqu'où je peux aller", un texte où je parle d'escalade (moi qui aie le vertige ;) ) et de...